MONTREUIL à GAUCHE


 


DEFENSE DES SERVICES PUBLICS

Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu...

Le comité des citoyens montreuillois accompagné d’une délégation du collectif pour la défense des services publics à Montreuil a rencontré ce jeudi 17 novembre la direction nationale d’EDF qui nous a assuré de la réouverture de sa boutique d’ici deux semaines le temps de persuader les agents, nous dit-on « choqués » par notre dernière action !

Suite à une décision régionale de fermeture de l’agence Montreuilloise, le Comité des citoyens s’était mobilisé avec le Parti communiste, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire, accompagné du député de la Seine-Saint-Denis, Jean-Pierre BRARD, comme cela avait été le cas pour la boutique SNCF qui grâce à la mobilisation à accepter de pérenniser, sous d’autres formes, ses services à Montreuil.

Tout cela témoigne des possibilités de victoire. Une table ronde est prévue avec les services de la préfecture pour la création d’une maison des services publics à Montreuil, regroupant EDF, GDF, SNCF et peut-être la CAF.

La mobilisation ne s’essouffle pas, bien au contraire. Nombreux ont été les usagers qui ont répondu à l’appel du collectif, montrant clairement leur détermination à continuer l’action pour obtenir le maintien d’un service public de proximité et de qualité.

Nous invitons tous les citoyens qui le souhaitent, à prendre leur place dans le mouvement de défense du service public.

La prochaine réunion aura lieu le mardi 22 novembre 2011, à 19h, dans les locaux du Comité des citoyens montreuillois, 45 rue du Capitaine Dreyfus, à Montreuil


TOUCHE PAS A MON SERVICE PUBLIC !

 

Plusieurs dizaines de Montreuillois se sont relayés pour occuper l'agence SNCF, menacée de fermeture. Ils refusent la remise en cause d'un service public de proximité et dénoncent les menaces qui pèsent, par ailleurs, sur l'inspection du travail, EDF, GDF, la RATP et sur l'école publique (150 postes en moins à Montreuil pour cette rentrée scolaire).

 

La boutique SNCF est fermée depuis le 14 octobre, au prétexte d’une recherche de la rentabilité qui serait trop faible actuellement. L’agence de Montreuil est pourtant facile d'accès. Les usagers appréciaient l'accueil et la qualité d'écoute du personnel qui dispose de temps pour traiter leurs demandes. De nombreux messages de soutien ont d'ailleurs été recueillis et une pétition est en cours de signature.

La boutique EDF de Montreuil est également fermée depuis plusieurs semaines.

LES DISCUSSIONS AVANCENT…

Le Comité des citoyens montreuillois, et les forces de gauche qui participent à cette action, accompagné du député de la Seine-Saint-Denis, Jean-Pierre BRARD, n’accepteront pas que les citoyens soient privés de leur service public.Face à la mobilisation autour des agences SNCF et EDF, les directions nationales de chaque entreprise ont accepté d'étudier la possibilité de pérenniser leur présence à Montreuil. Des discussions sont en cours.

Un collectif de défense des services publics s’est créé afin de réfléchir aux suites à donner à l’action. Nous invitons tous les citoyens qui le souhaitent, à prendre leur place dans le mouvement de défense du service public. La prochaine réunion aura lieu le mardi 22 novembre 2011, à 19h, dans les locaux du Comité des citoyens montreuillois, 45 rue du Capitaine Dreyfus, à Montreuil.

 

RDV le lundi 7 novembre, à 10h 

devant le Comité des citoyens Montreuillois, 45 rue du Capitaine Dreyfus

pour un départ collectif



LES CONTRE-VÉRITÉS DE DANIEL MOSMANT


Le droit au logement c’est l’affaire de la Nation toute entière, non seulement de l’État, garant du droit, mais aussi des collectivités territoriales qui, en raison de leur proximité avec les réalités locales, doivent participer à la mise en œuvre effective  de ce droit. L’État bafoue manifestement ce droit en permettant les expulsions locatives de personnes reconnues prioritaires par les commissions DALO. Il fait main basse sur les cotisations dites « 1% patronal » Par ailleurs, il privilégie par des mesures fiscales, l’investissement de logements locatifs privés pour la spéculation au lieu d’être le garant du droit au logement pour tous et de répondre à l’urgence sociale. L’Etat poursuit ainsi sa politique de désengagement d’un droit fondamental.

Bien que Montreuil compte près de 37 % de logements sociaux, notre ville n’est pas épargnée par cette crise du logement. Le comité des citoyens Montreuillois exprime sa préoccupation devant la recrudescence des expulsions locatives à Montreuil. L’adjoint à la maire de Montreuil en charge du Logement et de l’Urbanisme, Daniel MOSMANT assure dans un communiqué de presse récent qu’elles auraient augmenté de 25 % en 4 ans. Nous en avons pour preuve les expulsions locatives demandées par l’OPHM, office qu’il dirige. Elles n’ont jamais été aussi nombreuses.

Le Comité des citoyens Montreuillois intervient, avec le soutien du député Jean-Pierre BRARD, pour tenter de trouver des solutions, à chaque fois qu’il est sollicité par des familles n’ayant aucun recours. Le dialogue n’est pas évident avec les propriétaires et l’OPHM n’échappe pas à ce travers. En revanche, la préfecture et son service du logement, les agents de l’État examinent avec bienveillance toutes nos demandes de suspension du concours de la force publique. 

Enfin le Comité des Citoyens Montreuillois est opposé à la vente du patrimoine de logements sociaux. Il en est question au 9 rue des Oseraies à Montreuil. La population n’est pas en mesure de prétendre à une accession immobilière  et 6000 familles sont inscrites au fichier des mal-logés. Les HLM sont aujourd’hui pour beaucoup de ménages la seule réponse possible à leur besoin de logement dans de bonnes conditions. Ils contribuent à la mise en œuvre du droit au logement et à la mixité sociale des villes et des quartiers.

Le Comité des citoyens Montreuillois demande à la ville de Montreuil et l’OPHM de mettre fin aux expulsions locatives, en attendant, par exemple la décision du juge de l’exécution des peines.  L’OPHM doit renouer le dialogue avec les Montreuillois qui sont déjà frappés par une politique gouvernementale désastreuse.


                                                                                              Montreuil, le 29 septembre 2011


Adieu usines et ateliers, adieu lieux culturels !

Bonjour Montreuil de 150 000 habitants !

L’équipe Voynet s’apprête à voter ce samedi 2 avril, au conseil municipal, le plan local d’urbanisme (PLU) dont les orientations définissent l’avenir de Montreuil pour 15 à 20 ans.

Dans le droit fil de la convention signée avec le Préfet en 2008 pour la construction de 3 500 logements en 5 ans, le PLU organise une densification incontrôlée en supprimant les COS (coefficient d’occupation des sols qui limite le nombre de m2 qui peut être construit sur un terrain) et en libérant les hauteurs de bâtiments. Il autorise partout le remplacement des usines et des ateliers par des immeubles de logements le plus souvent de 4 à 8 étages. Des logements partout, du béton partout, y compris sur les espaces verts des cités !

 

Tout cela au détriment des emplois chassés de Montreuil au profit de juteuses opérations pour les promoteurs immobiliers. Le PLU encourage ainsi la spéculation foncière qui rend les logements inaccessibles à un grand nombre de Montreuillois. Tout cela aussi au détriment des ateliers d’artistes et des lieux culturels qui se sont multipliés grâce à la protection que le POS (Plan d’Occupation des Sols) actuel leur apporte.

Avec le projet de PLU, cette politique du tout logement serait mise en place pour les 15 à 20 ans à venir, conduisant à porter la population à 150 000 habitants. Où sont les crèches, où sont les écoles, collèges et lycées rendus nécessaires par cet afflux massif de nouveaux habitants ? Le PLU ne le dit pas ! Comment financer ces équipements ? Avec vos impôts et la réduction des services sociaux !

Des logements oui, il en faut. En donnant vraiment la priorité au logement social (ce que ne fait pas le projet de PLU) ou en protégeant le cadre de vie dans les quartiers et en écoutant l’avis des habitants. Ne confondons pas vitesse et précipitation ! Allons moins vite, mais répondons mieux aux problèmes. Il faut aussi sauver la qualité des paysages montreuillois qui, en associant immeubles et locaux d’activités, ouvre des vues sur le ciel et préserve l’ensoleillement. Nous refusons la destruction de ce qui fait le charme de Montreuil.

D’une ambition démesurée pour la construction de logements, d’une imprudence folle pour l’avenir des entreprises montreuilloises, le projet du PLU est quasiment muet sur la question des transports. Tout juste s’il mentionne la prolongation de la ligne 9 jusqu’à l’hôpital, qui devrait pourtant constituer son épine dorsale. Rien sur Arc Express, actuellement en débat, qui figure pourtant au schéma directeur de la région.

Malgré les réserves du commissaire enquêteurs qui souligne dans son rapport que le PLU est quasiment illisible, la municipalité s’entête en mettant en avant le caprice de la sénatrice-maire financé avec les impôts des Montreuillois : le plus grand éco-quartier  d’Europe et un « parc aquatique » à 20 millions d’euros, au détriment des Murs à pêches.

La mairie est hors sujet en ce qui concerne des besoins réels les Montreuillois, l’emploi, les transports, les écoles, les espaces verts. Elle vit sur une autre planète, celle où le béton est roi. Son PLU est au service des promoteurs au détriment des Montreuillois.

Non au projet de PLU

Tous devant la mairie de Montreuil Samedi 2 avril à 9h30



Le positionnement du CCM pour les élections cantonales dans le Bas-Montreuil

Nous venons de vivre 3 décennies de désillusions avec une aggravation des conditions d’existence de la majorité des habitants, une inquiétude qui va grandissant.

Nous sommes en panne d’espérance, taillable et corvéable à merci. Nous vivons les conséquences de la délinquance financière, boursière et institutionnelle qu’autorise le gouvernement actuel : les droits universels ne sont plus respectés.

 Avec la construction du « Front de gauche »,une éclaircie est ouverte dans le paysage français. Le comité des citoyens a déjà manifesté son intérêt et même son soutien. La proposition d’un projet partagé a été lancée par les fondateurs du « Front de gauche », le PG, le PCF, la GU. . Et cela n’a rien à voir avec le « demain on rase gratis » dont les Français ne veulent plus.

Comment le Comité des citoyens peut-il contribuer à cette démarche ?

 Nous allons avoir des élections dans le canton Ouest de Montreuil

Quel peut être le positionnement du Comité lors de ces prochaines cantonales ?

Les enjeux sont importants pour la population du département, pour les Montreuillois. Quelle politique sera menée demain par le Conseil général ? On pense aux coups portés par la direction actuelle du Conseil général à la culture, à l’augmentation de la carte améthyste, à la suppression du financement de la carte imagin’R pour les collégiens non boursiers, à la suppression du chèque ordinateur… Quel positionnement face aux coups portés par l’ultra-libéralisme ? Diverses personnalités du monde enseignant attirent notre attention : la moitié des collèges promis par M. BARTOLONE, président du Conseil général seront financés et aux mains du secteur privé ! Quel positionnement quant aux projets de l’intercommunalité « Est Ensemble » ?

 Un seul souci doit nous animer, l’intérêt de la population.

 Lors des dernières échéances électorales, chacun a pu déplorer une abstention record s’élevant selon les instituts de sondage à plus de 70% chez les jeunes et 65 % des « ouvriers ».

 Or le peuple est gagnant quand il sait sur quoi il se bat. Nous en avons eu un bel exemple avec le vote sur le traité constitutionnel européen en 2005.

 Dans ce contexte, le comité des citoyens apporte son soutien à la dynamique engagée par le Front de Gauche et se prononce pour une candidature « Front de gauche » dès le premier tour.

 Compte tenu du contexte montreuillois, des possibilités de conquérir le canton Montreuil-Ouest en élisant un conseiller général à la fois présent sur le terrain aux côtés de nos concitoyens et présent au Conseil général, le Comité des citoyens montreuillois considère qu’il est important de continuer à contribuer à la construction du Front de gauche.

 Il se prononce pour une « doublette » qui tienne compte de la réalité politique à Montreuil et qui contribue à la dynamique nationale. Dans ces conditions, il considère que la proposition la plus pertinente est une candidature titulaire portée par le PCF et une candidature suppléante portée par le Parti de gauche. Si un accord ne se faisait pas sur cette base, le Comité des citoyens montreuillois, deuxième force militante au sein du Front de gauche à Montreuil, est disponible pour faire une proposition pour la suppléance.


La Tunisie se lève, le Maghreb se rebelle !

Solidarité avec les peuples d’Algérie et de Tunisie

Ce début de l’année 2011 est marqué par le mouvement des révoltes populaires qui secouent le Maghreb. Des révoltes de la faim, disent certains, mais aussi pour la justice sociale et la fin des dictatures et autres régimes maffieux, qui gouvernent ces pays par la force et la répression.

En Algérie, où des émeutes contre la flambée des prix des produits de base ont fait, entre le 6 et le 9 janvier, 5 morts et près de 800 blessés, un homme qui s'était immolé le 12 janvier par le feu était dans un état critique. Il faisait partie d'un groupe d'une vingtaine de jeunes rassemblés devant la mairie de Boukhadra, dans la région de Tebessa, pour protester contre le refus du maire de les recevoir. Ils demandaient des emplois et des logements. Depuis, 7 jeunes ont accompli ce geste desespéré.

L’Algérie est riche de milliards de dollars grâce au pétrole et au gaz. Ces sommes énormes sont accaparées  par des dirigeants au pouvoir depuis des décennies pendant que le peuple est plongé dans la misère

Comme l’écrivait Jaurès, « le capitalisme porte la guerre comme la nuée porte l’orage ». Et cette analyse se vérifie avec les divers conflits dans le monde, la montée de l’intolérance et des intégrismes, l’accroissement des répliques terroristes, les conséquences dramatiques pour les peuples des crises du système qui se succèdent

En Tunisie, les jeunes, massivement contraints au chômage, ont fait éclater leur colère et leur révolte. En dépit des compliments adressés par Nicolas Sarkozy à son collègue tunisien, lors de leur dernière rencontre à Tunis en 2008, les droits de l’homme y étaient bafoués chaque jour.

Le 14 janvier, la "révolution de Jasmin" l'emporte. Après 23 années d’oppression sanglante, de torture des opposants et de vol des richesses populaires, Ben Ali et sa famille, complice elle-aussi, ont quitté la Tunisie. Un gouvernement d’union nationale est formé. Sans le soutien de Nicolas Sarkozy et du gouvernement français, la dictature tunisienne s’effondre.

L'opposant historique tunisien Moncef Marzouki a dénoncé lundi « une mascarade », ce gouvernement étant formé de membres du parti de la dictature (RCD), et de trois membres des partis de l’opposition déjà agréés par Ben Ali. Le RCD "conserve toutes les places importantes, dont le ministère de l'Intérieur, qui est supposé organiser les futures élections ».

Libéré, Hamma Hammami, chef du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), parle de mesurettes et demande une Assemblée Constituante et une nouvelle constitution.

Dans la fidélité à la tradition montreuilloise de solidarité avec les peuples luttant pour la Liberté, la Fraternité, l’Egalité, le comité des citoyens est solidaire des peuples tunisien et algérien.

Il demande au gouvernement français et au Président de la République, Nicolas Sarkozy, de respecter le droit du peuple tunisien de construire librement l’avenir démocratique de leur pays.

En Tunisie,  la voie est ouverte vers l’instauration d’une véritable démocratie.


Voltaire 1

Pour la défense du Service public, pour un droit à la santé pour tous !

(Appel adopté par l’Assemblée générale du Comité des citoyens Montreuillois le 11.12.10)

Le projet de loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoire) continue de tailler en pièce l’hôpital public et les établissements de santé à caractère non lucratif pour le plus grand profit des sociétés commerciales, pour la plupart cotées en bourse, gestionnaires des cliniques privées.

Hôpitaux publics et structures du médico-social sont démantelés comme l’Hôpital Trousseau par exemple, démolition accélérée avec la mise en place de l’Agence Régionale Santé (ARS), courroie de transmission directe du Gouvernement pour contraindre aux regroupements ou disparitions d’établissements, aux plans de redressement, aux contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM), à la mise en concurrence… qui vont continuer à réduire et précariser l’emploi et compromettre encore plus l’accès et la qualité des prestations sociales et des soins pour la population.

Le gouvernement accélère brutalement la privatisation du système de santé, multiplie les fermetures de structures de proximité utile à la population et prétend encore mettre à contributions les malades et les assurés sociaux. Tout cela au nom de la recherche de la rentabilité et au détriment de la justice sociale. Notre hôpital est dans la ligne de mire avec la réduction des services offerts à la population, des conditions de travail de plus en plus insupportables, la suppression des urgences chirurgicales de nuit.

Au lieu de manifester une résistanceà ces projets préjudiciables pour les Montreuillois, la municipalité a décidé - sans concertation avec les usagers et contre l’avis des professionnels de santé - d’accompagner la politique de Sarkozy,  en fermant le centre municipal de santé Voltaire. Elle s’inscrit ainsi dans la politique du gouvernement.

Plus que tout, nous demandons :

-         un véritable débat démocratique rassemblant l’ensemble des acteurs du système (usagers, organisations syndicales, professionnels de santé, élus… et permettant l’élaboration d’une politique publique de santé dans ses dimensions préventives et curatives.

-         le développement et l’amélioration du système public de santé et de protection sociale pour permettre l’accès gratuit aux soins pour tous.

-         A la municipalité de Montreuil de revenir sur sa décision de fermer le centre municipal de santé Voltaire.

-         A l’agence régionale de santé de renoncer aux attaques contre l’Hôpital André Grégoire

 

C’est avec tous les Montreuillois que nous sommes déterminés à agir pour défendre notre hôpital et nos centres municipaux de santé qui sont en grand danger.

Agence ecommerce paris